Flag Football : Interview des Ours de Toulouse

Voici le second article d’une série d’interview des clubs influant de la zone sud (sans aucune hiérarchie dans l’ordre de publication). Ces publications permettent de mettre en lumière le travail des différentes sections flag au sein des clubs de la fédération. Vous allez vous en rendre compte dans la lecture des réponses que cette année est particulière puisque la fédération modifie son cahier des charges.

Présenter votre équipe de Flag (palmarès, expérience, …)

Le Flag aux Ours de Toulouse existe depuis 2009. La première compétition officielle fut le 1er championnat régional organisé par la Ligue Midi-Pyrénées en 2012 avec deux équipes Ours engagées. Dès 2014, Les Ours se lancent dans l’aventure du championnat de France D1 et ce durant trois saisons, pendant que la seconde équipe évolue en régional. Après trois années de participation, un bilan s’impose, le national revient cher financièrement, est mal structuré (600 km de déplacement pour jouer 2 matches), le niveau Sud-Ouest est disparate (2 équipes de niveau régional sur 4), peu d’enjeu en poule (3 équipes qualifiées sur 4) jusqu’au play-off sud ou là le niveau Sud-Est étant bien plus élevé et équilibré la compétition devient plus intéressante, mais juste pour une seule journée… Depuis 3 saisons, les Ours ont décidé de quitter le national pour ne faire et développer uniquement que du régional avec toujours deux équipes inscrites. Le niveau est certes plus faible, mais il permet de faire 6 journées complètes de 5 matches par journée avec un maximum de 40 minutes de déplacement. La fierté des Ours reste, la formation… La section flag à toujours compté entre 30 et 40 licenciés par an (6 à 10 filles en moyenne), aucune double licence, 90% de la section ne provenant pas de la filière football américain. Nous avons formé et envoyé 3 filles en sélection nationale EDF sur 4 présélectionnées (Émeline Montané, Méryl Dubertrand et Laure Dudignat).

  • 6 titres de champion régional en 6 participations
  • 2 phases de play-offs sud D1 (5e et 4e place Sud) sur 3 participations
  • 2 participations à la coupe de France masculine sans qualification
Le championnat de France de Flag change de formule cette année. Quels sont pour vous les avantages? Les inconvénients ?

Les avantages, plus d’équipe au kilomètre carré (régional), plus de matches et moins de distance à faire.

L’inconvénient majeur, un niveau globalement plus faible entre les ex clubs D1/D2 et régionaux. Souhaitons, avec le temps, que les clubs plus faibles au contact de meilleures équipes montent en niveau pour trouver un meilleur équilibre et avoir un championnat plus homogène.

Durant la saison, deux formules existent. La première une coupe de France masculine et féminine se jouant en parallèle, la seconde un championnat mixte. Jouez-vous les deux compétitions, voyez-vous des intérêts ou objectifs différents?

Selon moi, la coupe n’apporte rien dans la formule actuelle puisque unisexe, ce qui risque à terme de diminuer la pratique féminine, déjà difficile. Elle fonctionne, côté masculin, mais s’épuise d’année en année côté féminin ! Combien de club aujourd’hui peuvent présenter une section féminine complète sans devoir fusionner avec un ou plusieurs autres clubs sur cette formule ? 1, 2, 3… Même pas !!! Certains clubs parmi les meilleurs de France tournent tout juste avec 2 filles dans leur section… C’est insuffisant !! Cette formule, à l’origine a été mise en place par la 3FA pour mieux identifier les filles et notamment sur des postes différents que celui généralement occupé en club en vue des sélections nationale. Je n’ai pas souvenir d’avoir vu un DTN sur des journées de coupe…La force de notre sport, c’est la mixité, car rare sont les sports collectifs mixtes comme le flag ou l’ultimate. Si l’on veut préserver cette mixité, il faut que les clubs s’efforcent de développer les filles dans leur section sans devoir s’appuyer sur les autres. Une formule de coupe, en élimination directe (système de coupe), pourquoi pas… Mais toujours en mixité pour obliger tout les clubs à mieux se structurer Aujourd’hui, c’est juste une compétition de testostérone qui n’apporte rien dans le développement de notre sport. L’autre souci, c’est le calendrier… Une compétition plus courte et plus tôt, pourquoi pas ? Mais comment former des nouveaux joueurs pour être compétitif en tout juste 2 mois ? Impossible ! Au final, toujours les même clubs, les plus anciens tournant sur un effectif expérimenté… Pas aux débutants !

Comment souhaitez-vous que le Flag français se développe? Quels moyens peut on utiliser?

Je pense que le travail revient principalement aux ligues dans un premier temps puis ensuite relayé par la 3FA qui doit revoir son cahier des charges trop complexe. En Midi-Pyrénées avant 2012 il y avait 2 clubs de flag. La ligue en place de l’époque à monté un championnat en offrant aux clubs régionaux des kits (ballons + flags) et une inscription de « X » euros remboursés aux clubs jouant le jeu de présenter une équipe sur toute la saison. OUT le cahier des charges fédéral, trop restrictif, pas adapté au développement. Les clubs présentant des filles étaient bonifiés, ceux sans, pouvaient quand même participer. Dès la première année le régional comptait 6 clubs inscrit. Depuis, le régional comptabilise entre 5 et 9 clubs en fonction des années et des nouvelles inepties fédérales…

L’arbitrage, est lui aussi un gros problème… Il faut déjà supprimer l’AUTO ARBITRAGE ! Comment peut-on être impartial dans une compétition avec de l’auto arbitrage ?. Il faut revoir le règlement, qui n’est fait en rien pour valoriser le jeu sur certains points et qui change, évolue, mute selon les points cardinaux de notre pays… Il faut mieux former nos arbitres avec un vrai examen. Trop nombreux sont les gens qui pour rendre service à leur club dû au cahier des charges, passent la journée de formation et n’en ressortent pas plus préparé et aguerri. Il faut combattre la problématique d’implication, du club et de son arbitre. Il est anormal depuis le temps que 80% des arbitres soient dans l’incapacité d’identifier des fautes majeures. Si la faute est identifiée, c’est l’application qui devient compliqué voir paranormale dans beaucoup de cas. Dans notre ligue, bon nombre est déjà dans l’incapacité de faire la différence entre une transmission et une feinte de transmission, et on parle juste de la base de notre jeu là … mais la réalité du terrain est bien celle-ci.

Quels sont les points fort de votre collectif? les points faibles? Une Équipe réserve?

Nous avons toujours eu la chance de pouvoir engager deux équipes complète depuis la structuration de notre section en 2012. La force de notre section, l’implication de nos filles est une vraie satisfaction, avoir du monde aux entraînements et pouvoir pratiquer correctement et simplement. 4 coachs diplômés aidés par un préparateur physique encadrent le flag, nous avons toujours à minima 1 à 2 coachs présent sur chaque training. Aucune double licence. Nous avons une règle, qui que tu sois, d’où que tu viennes, nous t’impliquons de la même manière que ton partenaire.

Je tiens à remercier Cédric Serres pour cet échange. A ce jour les Ours de Toulouse sont qualifiés pour la finale nationale D1.

Parcours championnat 2019:

  • 1er de la poule régionale Occitanie – Midi Pyrénées
  • 1er de la phase inter-poule Languedoc Roussillon /Midi Pyrénées
  • Qualifié pour la finale nationale D1